Event

Fifty Session | Ashley Morgan & Bergmann

Créés il y a cinq ans, les Fifty Sessions sont devenues année après année un véritable label de qualité à Bruxelles, un passage obligatoire pour les artistes émergents, belges ou internationaux.

Cet événement est terminé.
Catégories
Music
Organisé par
Fifty Session

Description de l’événement

Suite à la belle collaboration de l’année dernière avec le Vaux-Hall Summer, les deux partenaires remettent le couvert et, pour l’édition estivale, ils proposent des sessions hebdomadaires mettant en lumière deux artistes et un.e DJ belges.
Rendez-vous tous les mercredis du 23 juin au 11 août pour des concerts dans un cadre unique.

Ashley Morgan

Ashley Morgan jouait dans le monde entier en tant que producteur sous son alias LTGL. Après un hiatus de 2 ans, il revient avec un projet très personnel où il utilise sa voix pour raconter son histoire.  Vous ne trouverez pas d’artiste plus bricoleur que Ashley Morgan. Il produit, écrit et enregistre tout lui-même ; même la pochette est de sa main.

Le processus créatif d’Ashley est très intense et thérapeutique, ce qui donne lieu à une musique très intime, mais puissante. En écoutant ses morceaux, on a l’impression d’avoir un aperçu exclusif d’expériences très personnelles. Ses débuts en solo ne sont pas passés inaperçus, avec un fort soutien des radios nationales belges et deux nominations aux Redbull Elektropedia Awards.

Son premier EP a été inspiré par l’innocence de l’enfance et la guérison de certains aspects de l’enfant intérieur. LETGOLETGOLETGO  » parle de l’audace de se laisser aller. Mais si vous prêtez attention, vous trouverez peut-être une référence à son alter ego précédent, LTGL. Son EP suivant vient de ce même endroit très personnel, mais apporte de la lumière aux émotions les plus sombres. Nous essayons d’enterrer les expériences négatives de l’enfance au plus profond de nous-mêmes, mais souvent elles reviennent à la surface sous une forme différente. I AM ME U R U N THATS PERFECT » est une histoire de processus et d’acceptation. Il n’est pas étonnant qu’après ce processus créatif, Ashley l’ait vécu comme une purge psychologique et ait remarqué un changement spectaculaire dans sa conscience. Connaissant les enseignements de Carl Jung, Ashley a réalisé que cela faisait partie du processus d’individualisation que nous traversons tous en tant qu’êtres humains. L’écoute de l’EP vous donnera un aperçu du voyage cathartique d’Ashley. En 2021, Ashley prépare d’autres nouvelles musiques, gardez un œil sur cet artiste polyvalent et surprenant.

Bergmann

Bergmann a été élevée à Paris par une mère comédienne, de quoi façonner une sensibilité artistique précoce. Insomniaque née, elle se retrouve entre quatre murs à passer ses nuits blanches avec David Lynch et du Brian de Palma ou Humphrey Bogart, écoutant en boucle Lauryn Hill, Aretha Franklin, Sinead O’Connor… Elle fredonne par-dessus leur musique, ne se rendant pas compte de son potentiel jusqu’à ce que que ses amies lui fassent remarquer.

Il suffit de l’écouter pour le croire : Bergmann a cette capacité à incarner ce que nous vivons, ressentons et traversons un jour ou l’autre. La relation toxique, la rupture douloureuse ou salvatrice, la rencontre euphorisante, la perte de ceux qu’on aime, la colère face à ceux qui veulent nous écraser, la sororité et la bienveillance, aussi. C’est ce que raconte son premier album’ No Curfew’.

“Mes chansons savent souvent avant et mieux que moi ce dont j’ai besoin” dit-elle.

Il a été baptisé ainsi, car l’auteure-compositrice et chanteuse refusait toute contrainte générique à son projet. “Ceux qui m’ont le plus inspiré sont ceux qui se mettent au service de l’art, et pas l’inverse, et ne se limitent pas à un seul genre. Comme j’écoute des choses qui n’ont rien à voir, les miennes peuvent aussi ne rien à voir les unes avec les autres. Je refuse de choisir une case car c’est faire barrière à la créativité.” En cela, Bergmann s’inscrit dansune  époque d’éclectisme artistique, et chez elle, où la volonté pop domine, on entend de la soul, du R’n’B, du reggaeton, des sonorités synthétiques.

Pour le groovy, sentimental et pulsatile No Curfew, elle s’est entourée d’une équipe de choc : le réalisateur Florent Livcet (Bloc Party, Lous & the Yakuza, Tshegue…), les compositeurs Polérik Rouvière (AWA), Pable Kovacevic (Sébastien Teillier- ou encore Louis Dureau et Guillaume Zolnierowski (Alïse Sauvage, Tsew the kid, SéKeyz).

Harun

La palette sonore d’Harun flotte quelque part entre l’Amapiano, la House, l’Afrofusion et le Funk Carioca. C’est un conservateur de musique fanatique qui vous surprendra avec des joyaux inconnus et des mélanges uniques tout en vous entraînant dans son univers.

Découvrez le Vaux-Hall

Ce lieu situé dans le parc de Bruxelles, aussi exceptionnel que méconnu et longtemps abandonné, a fait l’objet de quatre années d’une restauration minutieuse menée par la Ville de Bruxelles qui, dès 2017, l’a rendu à sa fonction initiale. Une programmation culturelle et familiale y est assurée durant les week-ends d’été sous le nom de Vaux-Hall Summer.