Event

Fifty Session | Gaidaa & Yong Yello

Créés il y a cinq ans, les Fifty Sessions sont devenues année après année un véritable label de qualité à Bruxelles, un passage obligatoire pour les artistes émergents, belges ou internationaux.

Cet événement est terminé.
Catégories
Music
Organisé par
Fifty Session

Description de l’événement

Suite à la belle collaboration de l’année dernière avec le Vaux-Hall Summer, les deux partenaires remettent le couvert et, pour l’édition estivale, ils proposent des sessions hebdomadaires mettant en lumière deux artistes et un.e DJ belges.

Rendez-vous tous les mercredis du 23 juin au 11 août pour des concerts dans un cadre unique.

18:30 > 23:00

Gaidaa

Gaidaa, chanteuse et autrice-compositrice soudanaise basée aux Pays-Bas, accède à la soul dans sa forme la plus pure à travers un R&B organique ponctué d’instrumentations acoustiques et de paroles empreintes d’une vulnérabilité brute. Avec plus d’un million de streams indépendants et le soutien de COLORS, The FADER, Schön ! Magazine, et plus encore, la chanteuse montante ne cache rien sur son premier EP de 2020, “Overture”. Ayant grandi entre les Pays-Bas et le Soudan, elle s’est immédiatement tournée vers la musique comme moyen d’y parvenir. Son père jouait dans un groupe soudanais populaire, qu’elle décrit comme « une sorte de One Direction politique soudanais ». À la même époque, elle découvre des artistes comme Lauryn Hill et India Arie et se met à jouer de quelques instruments. Elle a appris à jouer au piano et s’est exercée à la guitare à trois cordes, tout en perfectionnant assidûment sa voix et en postant des reprises sur les médias sociaux. En 2017, la reprise de Kehlani par Gaidaa a attiré l’attention du producteur Full Crate. Ensemble, ils ont cuisiné « A Storm On A Summer’s Day », qui a amassé près de 7 millions de streams totaux à ce jour. En quittant l’université, elle a plongé tête baissée dans la musique et peu de temps après, en 2019, COLORS l’a invitée à enregistrer « Morning Blue » dans son studio dans le cadre d’un plus grand projet faisant la lumière sur le climat politique/social au Soudan. Le titre fait référence à la campagne #BlueForSudan, qui encourage les utilisateurs des médias sociaux à changer leur photo de profil en bleu en solidarité avec le Soudan et en l’honneur d’une victime manifestante qui privilégiait la couleur bleu acier. Dans la foulée, « I Like Trouble » a rapidement dépassé les 100 000 streams sur Spotify, The Fader l’ayant surnommé le « Cheval de Troie de la désobéissance ». En cours de route, elle a commencé à assembler son dernier projet “Overture”. Elle annonce le projet avec le premier single « Falling Higher ». Un rythme régulier mijote tandis que sa voix s’étire de couplets décontractés en un crochet de falsetto. Ce titre illustre l’étendue de son style envoûtant. Au final, l’âme de Gaidaa brille sur “Overture”.

Yong Yello

Jusqu’à récemment, Yello Staelens existait principalement en petits caractères sur les pochettes de disques. En tant que beatmaker privilégié de Tourist LeMC par exemple. Ou en tant que collaborateur créatif sur le projet de Glints. En tant que compositeur et producteur, il est également responsable du succès en solo de Noémie Wolfs. De belles références. Mais en même temps, il a ressenti le besoin de raconter sa propre histoire. Dans sa propre langue. Avec ses propres mots. Le brillant premier single  » Als Ge Slaapt  » de l’année dernière donnait déjà une idée de ce que cela pouvait donner, et  » Waanzin « , précurseur du premier album complet, le confirme : Yong Yello a quelque chose à raconter. Et qu’il soit clair tout de suite qu’il n’est pas un homme du genre à cacher la vérité. Au contraire : Yello dit les choses telles qu’elles sont et ne s’épargne ni lui-même, ni les gens qui l’entourent.

Non, ce n’est pas un disque de fête, mais vous pouvez vous amuser avec. Car en plus d’être un extraordinaire conteur visuel, Yong Yello se révèle être un compositeur exceptionnel. On peut l’entendre dans la précision méticuleuse avec laquelle chaque mélodie tombe dans le bon pli. Appeler cela simplement du hip-hop, c’est sous-estimer les chansons. Parce qu’il y a aussi du funk. De la pure pop, aussi. Et même un soupçon de jazz. De plus, cela faisait longtemps qu’on n’avait pas entendu un disque où y autant de singles potentiels. Marcel en het magnetisme van de goot est un record du monde dans une langue mondiale: l’Anversois. Yong Yello a pris son temps. Mais le résultat est le même. Il ferait mieux de s’habituer au fait que son nom soit inscrit sur la pochettes d’album en lettres un peu plus grandes.

Découvrez le Vaux-Hall

Ce lieu situé dans le parc de Bruxelles, aussi exceptionnel que méconnu et longtemps abandonné, a fait l’objet de quatre années d’une restauration minutieuse menée par la Ville de Bruxelles qui, dès 2017, l’a rendu à sa fonction initiale. Une programmation culturelle et familiale y est assurée durant les week-ends d’été sous le nom de Vaux-Hall Summer.